LES GRANDES JOURNÉES DE L'OBSTACLE À AUTEUIL

Extrême, spectaculaire, somptueux, tels ont été les qualificatifs employés par ParisTurf pour illustrer le grand week-end de l'obstacle organisé à Auteuil les 7 et 8 novembre. A cette occasion France Galop invitait les présidents des Sociétés de province dont notre ambassadeur André Jirodineau.

A l'affiche trois épreuves de Groupe le samedi et autant le dimanche, un festival classique. Le spectacle a bien eu lieu. Les Royannais n'ont pas raté le rendez-vous. En remportant pour la troisième année consécutive le Prix Congress pour de jeunes steeple-chasers, Guillaume Macaire devient le recordman de l'épreuve. Ses pensionnaires Punch Nantais et Buddy Bank ont pris les deux premières places de la course: ils se tiennent de très près dans la hiérarchie. Beau doublé encore de l'écurie Macaire à l'arrivée du Prix Maurice Gillois chez les 4 ans où So French et Kobrouk ont dominé dans cet ordre.

Autre "maître des lieux", Arnaud Chaillé-Chaillé a notamment enlevé le Prix Bournosienne avec Triana du Berlais, une pouliche en devenir. Elle battait Caresse d'Estruval entraînée également ici même tout comme Bûche de Noël la lauréate du Prix Bernard Sécly du nom d'un grand professionnel récemment disparu, un homme de cheval drôle et modeste ce qui n'est pas si fréquemment le cas dans le microcosme hippique.

Pour sa part, François Nicolle a marqué des points en s'octroyant des accessits. Dans l'ombre de ces "éléphants", Isabelle Gallorini fait son chemin, son travail porte ses fruits.

Force est de constater une fois encore la réussite des sauteurs locaux. Le galop dans le Sud-Ouest bénéficie d'un rayonnement mondial et notamment l'obstacle "made in Royan"...

GUILLAUME MACAIRE BAT SON PROPRE RECORD

Lauréats à Saint Brieuc et à Strasbourg le dimanche 8 novembre, les sauteurs de Guillaume Macaire ont permis au professionnel de battre son propre record du nombre des victoires en France en une année soit 263, alors que la saison n'est pas finie...

Après cet exploit, l'entraîneur déclarait à Ludovic Hellier dans le journal Paris-Turf: " Le record est battu mais ce n'est pas mon obsession; je continue à faire mon travail de la même manière..." Il reste que la barre est située de plus en plus haut.

Albert AELION

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire